Megan Pischke / Chasing Sunshine

Megan Pischke / Chasing Sunshine

Texte / Vanessa Beucher Image / Rebecca Amber

Un sourire radieux. Une chaleur communicative. Une étincelle de vie. Megan Pischke dégage tout cela à la fois. Du bonheur de glisser sur des pentes vierges aux quatre coins du monde, aux moments les plus difficiles de sa maladie, elle nous dévoile son cheminement personnel, dans lequel chaque chose, positive ou négative, compte pour former un tout riche et cohérent.

« La vie a réellement commencé pour moi quand j’ai débuté le snowboard. » Très vite, Megan y trouve une communauté de personnes qui partagent le même enthousiasme et les mêmes valeurs. La joie de se retrouver immergée dans une nature sauvage et grandiose. D’être pleinement dans l’instant présent, au bon moment et au bon endroit. Le snowboard a été pendant de nombreuses années le fil conducteur qui lui a permis de découvrir des pays lointains et fascinants comme le Groenland et la Turquie, de partager des instants précieux sur la montagne avec ses mentors, Jeremy Jones et Craig Kelly. Megan est ressortie grandie de tout cela, en tant que snowboardeuse mais aussi en tant que personne. Sa vision s’est affutée, est devenue de plus en plus mature, lui permettant de découvrir qui elle voulait être dans ce vaste monde. Avoir reçu autant signifiait alors une chose pour elle: inspirer les autres à son tour. Dès sa création en 1996, elle s’engage aux côtés de l’association caritative B4BC / Boarding for Breast Cancer, fondée entre autres par Tina Basich et Shannon Dunn, deux pionnières du snowboard féminin pour lesquelles elle a un immense respect. Le snowboard deviendrait ainsi une plateforme qui lui permettrait de véhiculer des messages positifs autour de la santé et de l’environnement. « Je savais au fond de moi que ce serait là serait mon chemin: un désir ardent d’aider et d’inspirer les autres. » Elle met progressivement en place des retraites de quatre jours dans le Colorado pour des femmes souffrant d’un cancer du sein ou qui y ont survécu: yoga, nutrition, spiritualité sont les thèmes centraux de ces oasis de bien-être. The North Face, qui la soutient déjà depuis plusieurs années, répond présent à l’appel et la suit sans hésiter. Megan voit dans ces séjours un véritable aboutissement, celui de proposer à des femmes un espace de sérénité leur permettant de prendre soin d’elles-mêmes, d’apprendre et
de grandir.

Et puis un jour, l’impensable arriva: ce fut à son tour d’être diagnostiquée porteuse d’un cancer du sein.
2010. Enceinte de son deuxième enfant, tout semble lui sourire mais elle sent au plus profond d’elle-même que quelque chose ne va pas, sans pouvoir réellement mettre des mots dessus. Un changement doit s’opérer en elle et dans sa vie mais cela n’est pas sans générer une certaine peur. A l’automne 2012, le corps médical lui détecte un cancer du sein à un stade avancé. Il y aura un avant et un après cette période-là, un véritable shift.
La question qui se pose alors est assez troublante: est-ce la maladie, ce shift tant attendu? Cette cassure a été le point de départ d’une période d’introspection capitale dans sa vie, qu’elle a accueillie d’une manière assez étonnante avec une grande sérénité, en ayant un rapport positif au temps, en ne voulant en aucun cas presser les choses mais d’autant plus les savourer. « Peu importent les difficultés, je vais répondre présente, je vais être là, plus que jamais dans l’instant présent. » Les élans d’optimisme l’emportent sur les heures sombres. Les dix-huit mois de traitement constituent la plus grande leçon de patience de son existence. Elle décide dans un premier temps de filmer une session de ‘cold cap therapy’, technique qui permet de garder ses cheveux malgré les lourds effets de la chimiothérapie, afin de la partager avec la communauté de Boarding for Breast Cancer et toutes les femmes qui mènent le même combat qu’elle. Ce qui ne forme à l’origine qu’un segment de quelques minutes deviendra au fil des mois un véritable documentaire sur son voyage physique et spirituel, sobrement intitulé Chasing Sunshine. Les choses se sont mises en place naturellement, sans être planifiées à l’avance, tout s’est déroulé de façon organique. « J’avais la ferme volonté d’écrire dans ce film ma propre histoire et de toucher les gens, de leur montrer que le simple fait de vivre est un cadeau. » Projeté depuis le début d’année dans divers festivals aux Etats-Unis, il a eu à chaque fois une résonance toute particulière dans le cœur des gens. Sans doute parce que Megan a réussi à montrer si subtilement que l’on est en droit de se
sentir vulnérable et au plus bas, que cela fait partie d’un tout qu’on appelle la vie. « Je ne pense pas que je me sentirais aussi bien aujourd’hui si je n’étais pas descendue aussi bas. »
Megan est persuadée que son expérience en tant que snowboardeuse et ambassadrice pour B4BC l’a préparée à cette étape si particulière dans sa vie. Elle est touchée en plein cœur par l’élan d’amour et de générosité né autour d’elle et a désormais une conscience plus aiguë du monde qui l’entoure. « Chaque matin où j’ouvre les yeux, je me sens tellement reconnaissante de la nouvelle journée qui s’offre à moi. »